Tout savoir sur la culture des poivrons et des aubergines

Ils semblent différents mais à y regarder de plus près les poivrons et les aubergines ont plus de similitudes qu’il n’y paraît.  Dans cet article sur tout savoir sur la culture des poivrons et des aubergines, vous retrouverez les étapes à connaître pour les cultiver chez vous.

1- Des semis très longs à germer.

Les poivrons et les aubergines ouvrent généralement le bal des semis d’été. En effet, faudra vous y prendre durant l’hiver pour arriver à produire des fruits en été.

Les graines mettront entre 2 e 4 semaines à germer dans des conditions propices. A savoir une température d’au moins 25° et une terre humide. Les semis devront obligatoirement bénéficier du maximum d’ensoleillement. Une exposition sud voire ouest sont nécessaires.

2- Des plants qui ont soifs de soleil.

Les poivrons et les aubergines font parti de la famille des solanacées comme la tomate. Dans solanacées le préfixe “sol” indique que ce sont des plantes du soleil! Oubliez donc le rempotage en pleine terre avant les saints de glace. Il faudra s’assurer que les gelées sont passées. Un plant robuste supportera de faibles gelées mais mieux vaut prendre le risque avec de jeunes plants.

Il faudra veiller à rempoter en pleine terre en gardant la motte. Bien arroser.

Les plants s’adaptent en général à tout type de terre.

3- Les conditions de culture.

Comma sa voisine la tomate, les poivrons et aubergines devront uniquement être arrosées à leur pied afin d’éviter l’oïdium et le mildiou.

Privilégiez des arrosages conséquents mais espacés dans le temps ( 1 arrosage par semaine).

Plus les plants seront exposés au soleil plus ils seront généreux en fruits.

4- Des plantes vivaces.

Dans leur milieu naturel, les poivrons et aubergines survivent au gré des saisons. Chez nous les gelées nous contraignent à les cultiver comme des annuelles. Pourtant, il est possible de les conserver d’une année à une autre.

Pour se faire il faudra prélever une motte en conservant le maximum de racines et de la rempoter dans un contenant assez grand en intérieur.

Il sera nécessaire de veiller au maximum de luminosité en hiver. L’arrosage sera le point délicat. En effet, il faudra observer la plante pour n’arroser qu’au strict minimum. Attendre que les feuilles s’affaissent.

En effet, l’humidité combinée à la chaleur d’un intérieur est propice au développement des cochenilles. Ces petits acariens vont s’installer sur les plants et les affaiblir. Pas de panique, un plant en bonne santé survivra. Il faudra veiller à éliminer à la main le maximum de ces petites bêtes.

Dès la fin février avec les jours qui s’allongent, les plants devraient reprendre de plus belle. Il se pourrait même qu’ils se mettent à produire dès le printemps!

Mi-mai, il sera temps de les replanter en pleine terre.

5- La récolte

Les poivrons et les aubergines peuvent se récolter à toutes tailles. Si vous souhaitez attendre leur pleine maturité, il suffit d’observer: s’ils ont atteint leur taille maximale, leur croissance s’arrêtera.

N’oubliez pas de récolter les graines pour de futurs semis! C’est 100% gratuit!

D’autres questions sur Tout savoir sur la culture des poivrons et des aubergines? N’hésitez pas à les poser!

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager ou à le liker!

Vous pouvez également nous rejoindre pour poser vos questions sur notre groupe ” La main verte”!”

Rentrer les plantes à l’intérieur

Les températures baissent, l’automne est bien là… Quelle plantes rentrer à l’intérieur?

1- Les plantes en pot

Les plantes en pot sont très sensibles à la baisse des températures. En effet, leur isolement dans un récipient crée une plus grande perméabilité au froid.

Pour savoir si votre plante est sensible au froid ou pas, il suffit de prendre en référence sa possibilité de survivre ou pas si elle était en pleine terre .

Si la plante meurt en pleine terre dans votre région, vous pouvez être assurés qu’elle ne survivra pas non plus en pot!

Je vous conseille de les rentrer dès que la température, la nuit, descend plus de 3 jours d’affilés en dessous de 5°.

Attention à ne pas trop tarder, les plantes apprécieront très moyennement de passer à une température fraîche à la chaleur de votre intérieur! Le choc thermique peut leur être fatal…

2- Rempoter les plantes d’été dans un pot à l’intérieur

Si sous nos latitudes, certaines plantes sont dites annuelles ( c’est à dire qu’elles meurent en hiver et qu’il faut en resemer au printemps), à d’autres endroits du globe d’où elles sont originaires elles sont bel et bien vivaces ( vivent plusieurs années)!

C’est le cas des solanacées ( tomates, poivrons, aubergines etc).

Vous pouvez tout à fait rempoter vos plants d’été en veillant à prélever une bonne motte et à les déposer dans des plants individuels dans votre intérieur.

Quelques précautions s’imposent:

  • Vos plants auront besoin d’une très bonne luminosité.
  • La température intérieure ne devra pas être trop haute ( 24° max).
  • Idéalement, l’écart de température devra être d’au moins 5° pour mimer l’alternance jour/nuit.
  • Attention à l’excès d’humidité, n’arrosez que si la terre est sèche et sans toucher les feuilles.

Si les conditions sont favorables vous pourrez être gratifier de récoltes toute l’année!

Pour ma part, je conduis en annuel les poivrons et les aubergines car leur croissance est assez lente à partir du semis ce qui n’est pas le cas de la tomate dont la croissance est très rapide.

3-  Pensez à bouturer!

Si vous vous êtes lancés dans la culture de la patate douce, n’hésitez pas à prélever une tige et à la placer dans un pot! Vous gagnerez ainsi plusieurs semaines dans la culture de celle-ci et en bonus vous aurez une superbe liane qui fera office de plante d’intérieur!

4- Quelques précautions pour rentrer les plantes à l’intérieur.

On évitera de placer ses plantes près d’un radiateur, d’un poêle.. La chaleur assèchera votre plante.

Attention également à ne pas déplacer trop souvent les pots: les plantes sont très sensibles aux changements de luminosité, courants d’air etc.

Enfin, une exposition au sud contribuera largement au succès de la reprise de vos plants à l’intérieur.

D’autres questions sur Rentrer les plantes à l’intérieur? N’hésitez pas à les poser!

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager ou à le liker!

Vous pouvez également nous rejoindre pour poser vos questions sur notre groupe ” La main verte”!”

 

Que mettre dans le compost?

Le voilà installé! Le compost est dans le jardin. Oui mais voilà, on ne peut pas y mettre tout et n’importe quoi..Que mettre dans le compost?

Un principe de base

Pour un compost 100% réussi on peut partir du fait suivant: vous n’y mettrez que des déchets végétaux.Vous serez ainsi sûr de ne pas commettre d’erreurs. Épluchures, feuilles mortes, restes de végétaux, marc de café se décomposeront sans problèmes. Vous pouvez également ajouter des épluchures d’agrumes sans problèmes.

Éléments non végétaux compostables

Les coquilles d’œufs pourront être ajoutés au compost.

Éléments à éviter de composter

– Les déjections humaines ou animales: leur décomposition est de 2 ans à des conditions spécifiques pour détruire les bactéries dangereuses pour la santé. A éviter dans son compost..

– Les restes animaux: la principale décomposition des restes animaux se fait par les autres animaux charognards..Si vous déposez des restes animaux, vous attirerez irrémédiablement des rongeurs…

– Les capsules de café dites 100% compostables. L’emballage indique en effet qu’elles le sont. Par contre une rapide visite sur leurs sites internet ajoute une précision importante: le compostage ne soit se faire que dans des composts industriels. En effet, le compostage domestique ne permettra pas une décomposition rapide et satisfaisante.

– Les adventices ( dites mauvaises herbes): leurs propriétés sont remarquables. Elles sont capables littéralement de reprendre vie dans le compost en germent ou en développant des nouvelles racines! A éviter donc au compost…

-Les morceaux de pains ou tous aliments transformés qui attireront irrémédiablement les rongeurs..

Comment composter si je ne n’ai pas de compost?

– Vous pouvez jeter directement vos déchets au sol dans votre jardin: la décomposition est accélérée et l’énergie produite profitera directement à la vie du sol.  C’est le compostage de surface.

compostage de surface

– Plusieurs communes installent des composteurs communs. Il vous suffit de stocker vos déchets végétaux dans un seau à la maison et de le vider régulièrement.

D’autres questions sur que mettre dans le compost? N’hésitez pas à les poser!

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager ou à le liker!

Vous pouvez également nous rejoindre pour poser vos questions sur notre groupe ” La main verte”!”