Aménager un nouveau terrain en permaculture.

Vous venez d’emménager dans une nouvelle maison et le terrain est en friche? Vous ne savez pas par quel bout commencer? Dans cet article, vous trouverez quelques conseils pour aménager un nouveau terrain en permaculture , appelé aussi le design en permaculture.

1- Cerner vos envies.

C’est la 1ère étape. Que souhaitez vous installer sur votre parcelle?

Un potager seul ou accompagné:

– d’arbres fruitiers.

– d’un poulailler.

– d’un bassin.

2- Le « design » en permaculture.

Une fois vos envies cernées, la seconde étape consistera à placer correctement chaque élément. C’est l’étape fondamentale sur laquelle il vous faudra réfléchir longuement. Ne la négligez pas! La précipitation vous coûtera en énergie, en temps et en argent. Tout recommencer serait dommage!

Voici une liste (non exhaustive)  des éléments à prendre en considération:

– Si vous plantez des arbres, pensez à la future ombre qu’ils généreront et à leur taille à maturité.

– Votre potager devra profiter de plusieurs heures d’ensoleillement. Attention donc à ne pas le prévoir sous futur arbre qui créera beaucoup d’ombre!

– Poulailler et potager ne font pas bon ménage, chacun son emplacement!

– Le bassin sera éloigné des arbres pour éviter la pollution des feuilles/pollens.

– Pensez à la circulation dans votre potager. Prévoir des allées sous peine de devoir piétiner vos futures plantations!

3- Créer un terrain favorable pour ses futures plantations.

Un conseil:  mieux vaut parfois commencer petit plutôt que de se lancer dans un chantier chronophage et fastidieux.

Si l’espace que vous souhaitez consacrer à votre potager est conséquent, je vous conseille de le diviser en plusieurs espaces. Délimitez chaque espace comme par exemple expliqué ici.

Concentrez vous au fur et à mesure sur chaque espace.

Sur 1 ou 2 espaces, si vous souhaitez rapidement vous lancer au jardin, vous pourrez y consacrer du temps et de l’énergie selon les techniques traditionnelles de jardinage: désherbage, terre retournée, apport de fumier.

Sur les autres espaces, laissez la nature travailler à votre place pour aménager un terrain en permaculture sans efforts!

Pour désherbez rien de plus simple: recouvrez de cartons quelques semaines. Le manque de lumière empêchera la croissance des végétaux.

Une fois la terre nue, recouvrez la de tout élément végétal sous la main. Tonte, feuilles mortes, déchets de cuisine ( uniquement végétal). Tout fera l’affaire! L’important est de couvrir la surface du sol pour créer des conditions optimales à la vie. Insectes et vers de terre se feront un plaisir de travailler le sol pour vous.

Une autre technique consiste à ameublir la terre en cultivant des pommes de terre. Toutes les étapes ici.

Une fois la terre ameublie après quelques mois, elle sera prête à accueillir vos plantations.

A noter: vous pouvez également tenter sur vos espaces les cultures sur butte et en lasagnes sur des parcelles délaissées. Ce sont des techniques qui ont leurs avantages et leurs limites. Mon avis ici.

4- Choisir ses semis.

Lorsqu’on débute, c’est simple, on a littéralement envie de tout faire pousser.

Se procurer des graines peut s’avérer onéreux surtout lorsque l’on se rend compte une fois récoltée que personne à la maison n’aime le légume en question!

Choisissez selon vos goûts et n’hésitez pas à varier les saveurs au sein d’une même espèce! Il existe une infinité de variétés de tomates, courgettes, salades!

5- Penser son potager dans la durée.

Rien de plus satisfaisant que de recueillir les graines de ses propres légumes et de leur redonner vie les années suivantes…

N’hésitez pas non plus à ne pas tout récolter: laissez des plants en place ou des fruits au sol permettra un semis spontané lorsque celles ci monteront en graines.

 

Le design en permaculture sur votre terrain se développera grâce à vos observations et à vos expériences. A vous de jouer!

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager ou à le liker!

 

 

 

 

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    Votre article est très intéressant. J’aimerai plus de détails sur la dernière partie, laisser en place pour l’année d’après…qu’elles plantations peut on laisser?… Jusque là j’ai plutôt compris qu’il fallait tout arracher en fin de saison et tout recommencer l’année d’après…donc je suis très intéressée par le fait de ne pas tout recommencer 😉😁

    • monjardinpermaculture

      Bonjour,

      vous pouvez délimiter plusieurs zones qui une fois mises en places ne nécessiteront plus d’interventions: une zone aromatiques par exemple ( menthe, persil etc qui se resèmeront seuls), une zone fruits rouges ( fraises, framboises, groseilles, mûres etc) qui s’installeront et se perpétueront.
      Quant au potager en lui même, il suffit de laisser monter en graines les plants et de ne pas les déraciner. Une fois tombées au sol, les graines germeront à la saison prochaine( cela marche très bien par exemple pour les laitues, radis). Vous pouvez également laisser les fruits au sol en fin de saison. Leur chair les protège en hiver et au printemps vous aurez des pousses spontanées: cela marche très bien avec les tomates par exemple! Les tubercules comme les pommes de terre poussent également facilement d’elles-même ( je dirais même que le souci est de les maîtriser!): de simples épluchures couvertes d’un peu de terre suffisent à faire repartir des plants. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *