Tout savoir sur la culture des poivrons et des aubergines

Ils semblent différents mais à y regarder de plus près les poivrons et les aubergines ont plus de similitudes qu’il n’y paraît.  Dans cet article sur tout savoir sur la culture des poivrons et des aubergines, vous retrouverez les étapes à connaître pour les cultiver chez vous.

1- Des semis très longs à germer.

Les poivrons et les aubergines ouvrent généralement le bal des semis d’été. En effet, faudra vous y prendre durant l’hiver pour arriver à produire des fruits en été.

Les graines mettront entre 2 e 4 semaines à germer dans des conditions propices. A savoir une température d’au moins 25° et une terre humide. Les semis devront obligatoirement bénéficier du maximum d’ensoleillement. Une exposition sud voire ouest sont nécessaires.

2- Des plants qui ont soifs de soleil.

Les poivrons et les aubergines font parti de la famille des solanacées comme la tomate. Dans solanacées le préfixe “sol” indique que ce sont des plantes du soleil! Oubliez donc le rempotage en pleine terre avant les saints de glace. Il faudra s’assurer que les gelées sont passées. Un plant robuste supportera de faibles gelées mais mieux vaut prendre le risque avec de jeunes plants.

Il faudra veiller à rempoter en pleine terre en gardant la motte. Bien arroser.

Les plants s’adaptent en général à tout type de terre.

3- Les conditions de culture.

Comma sa voisine la tomate, les poivrons et aubergines devront uniquement être arrosées à leur pied afin d’éviter l’oïdium et le mildiou.

Privilégiez des arrosages conséquents mais espacés dans le temps ( 1 arrosage par semaine).

Plus les plants seront exposés au soleil plus ils seront généreux en fruits.

4- Des plantes vivaces.

Dans leur milieu naturel, les poivrons et aubergines survivent au gré des saisons. Chez nous les gelées nous contraignent à les cultiver comme des annuelles. Pourtant, il est possible de les conserver d’une année à une autre.

Pour se faire il faudra prélever une motte en conservant le maximum de racines et de la rempoter dans un contenant assez grand en intérieur.

Il sera nécessaire de veiller au maximum de luminosité en hiver. L’arrosage sera le point délicat. En effet, il faudra observer la plante pour n’arroser qu’au strict minimum. Attendre que les feuilles s’affaissent.

En effet, l’humidité combinée à la chaleur d’un intérieur est propice au développement des cochenilles. Ces petits acariens vont s’installer sur les plants et les affaiblir. Pas de panique, un plant en bonne santé survivra. Il faudra veiller à éliminer à la main le maximum de ces petites bêtes.

Dès la fin février avec les jours qui s’allongent, les plants devraient reprendre de plus belle. Il se pourrait même qu’ils se mettent à produire dès le printemps!

Mi-mai, il sera temps de les replanter en pleine terre.

5- La récolte

Les poivrons et les aubergines peuvent se récolter à toutes tailles. Si vous souhaitez attendre leur pleine maturité, il suffit d’observer: s’ils ont atteint leur taille maximale, leur croissance s’arrêtera.

N’oubliez pas de récolter les graines pour de futurs semis! C’est 100% gratuit!

D’autres questions sur Tout savoir sur la culture des poivrons et des aubergines? N’hésitez pas à les poser!

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager ou à le liker!

Vous pouvez également nous rejoindre pour poser vos questions sur notre groupe ” La main verte”!”

Recette des olives en saumure

L’olivier se plaît désormais dans une grande partie de la France… Les olives grossissent à vue d’œil et il sera bientôt temps de les récolter. Toutefois impossible de les manger en l’état. Il faudra passer au préalable par le processus de “désamérisation”(comprendre enlever l’amertume). Dans cet article, vous trouverez une recette des olives en saumure.

1- Olives vertes ou noires?

Contrairement à la croyance répondue, il n’existe pas d’oliviers à fruits verts et d’autres à fruits noirs.

Les olives sont vertes puis noircissent progressivement sur l’arbre. Tout est donc une question de maturité du fruit!

2- Mon olivier ne donne pas d’olives.

L’olivier n’est pas pollinisé par les abeilles ( il n’existe pas de miel d’olivier par exemple).

Le processus de pollinisation est assez capricieux dans la mesure où il s’opère principalement par le vent. Si les conditions sont peu propices, la récolte sera maigre.

De plus, beaucoup d’oliviers ne sont pas autofertiles et ont besoin d’autres congénères pour fructifier ( rayon de 100m).

Enfin, l’olivier devra atteindre un certain âge  ( environ 5 ans).

3- Quand cueillir les olives?

Pour ma part, je les récolte en octobre/ novembre après la première gelée. L’aspect doit être uniforme.

https://www.instagram.com/p/Bu3GByPF2qA/

4- Recette des olives en saumure- Phase de préparation.

1- Cueillir les olives et les rincer abondamment. Éliminer les olives abîmées.

2- Recouvrir les olives d’eau froide dans un saladier en verre ( surtout pas en métal!). L’eau du robinet fonctionne bien chez moi.

3- Je saupoudre de sel  ( pas obligatoire, mais cela accélère le processus  de désamérisation).

4- Laisser reposer à l’abri de la lumière.

5- Brasser l’eau tous les jours ( mélanger avec une cuillère en bois, toujours pas de métal).

6- Renouveler l’eau toutes les 48h puis renouveler le processus à partir de l’étape 2.

7- N’hésitez pas à goûter une olive toutes les semaines pour vérifier où en est le processus. Lorsque vous les sentez presque prêtes, passez à l’étape 8.

8- Au bout de 30, 45 ou 60 jours ( et oui! ) vos olives ont perdu en amertume. Elles se sont éclaircies.

5- Recette des olives en saumure- Phase de conservation.

9- Dans une casserole faire bouillir de l’eau du robinet avec 10% de gros sel ( important, gros sel naturel, pas de sel de table qui contient le plus souvent des additifs). Exemple pour 1l d’eau = 100g de sel.

Certains se contentent d’une salinisation à 6%. Sachez que c’est possible mais pour ma part, je crains particulièrement le botulisme ( intoxication grave avec des productions non pasteurisées). Le taux de salinisation descend avec le temps. Avec un taux de 10%, le taux restera suffisamment élevé pour prévenir la prolifération de la bactérie.

10- Laisser tiédir l’eau.

11- Déposer les olives dans un bocal le parfait( le bocal vide aura été préalablement bouilli dans de l’eau chaude pour le désinfecter) bien les tasser. Recouvrir de la saumure jusqu’à immerger toutes les olives).

12- Déposer les bocaux dans un espace à température ambiante et à l’abri de la lumière pendant 2 mois.

13- Ouvrez le bocal: si une couche blanche flotte à la surface ou au fond du bocal, bonne nouvelle. Le processus de fermentation a bien fonctionné!Utilisez une cuillère en bois pour prélever les olives.

14- Sentez puis goûtez une olive. Si le goût et l’odeur sont normaux, il ne reste plus qu’à les déguster! Vous pouvez remettre le reste de la préparation dans la saumure et au frigo.

Ne vous arrêtez pas en si bon chemin! Et si vous réalisiez vos propres semis de tomates100% gratuits? Les explications ici!

Bon appétit!

D’autres questions sur une recette des olives en saumure ? N’hésitez pas à les poser!

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager ou à le liker!

Vous pouvez également nous rejoindre pour poser vos questions sur notre groupe ” La main verte”!”

 

 

 

Association des légumes au potager selon leurs besoins en eau

Il existe plusieurs manières d’associer ses légumes. Dans cet article, nous nous intéresserons à l’association des légumes au potager selon leurs besoins en eau.

1/ Des besoins en eau naturels différents

Les légumes plantés au jardin ont des besoins par nature différents. Certains de part leur origine géographique, d’autres par la profondeur de leurs racines . Ils existent même des adaptations des légumes au fil des années selon leur vécu dans votre jardin. Ainsi la récolte de graines d’un plant qui aura survécu à une canicule auront davantage de chance de voir leurs besoin s en eau diminués les années suivantes. Les plantes s’adaptent au fil du temps. Ainsi elles sont également capables de limiter l’évaporation de leurs feuillages!

2/ Des associations par nature incompatibles

Les légumes feuilles ou à fruits nécessiteront une plus grande quantité d’eau que les bulbes.

En effet, les derniers auront tendance à pourrir en présence d’une quantité excessive d’eau.

Ainsi les oignons, ails et échalotes n’apprécieront pas les arrosages fréquents de vos salades ou pastèques.

La nature est toutefois bien faite: les légumes feuilles par exemple supportent très mal les grosses chaleurs et termineront leur cycle d’eux mêmes. Les arrosages n’ayant plus lieu d’être les bulbes peuvent terminer leur croissance avec un apport d’eau bien plus modéré.

Si vous tentez tout de même l’association ( légumes feuilles/bulbes), veillez à un bon drainage de votre eau d’arrosage, évitez le paillage pour ne pas conserver trop d’humidité dans le sol et arroser si possible peu mais fréquemment: cela permettra à l’eau d’accéder aux racines des salades en surface tout en évitant qu’elle atteigne les bulbes.

3/ Des systèmes d’arrosage différents selon vos légumes

Certains plants sont particulièrement sensibles à leur manière d’être arrosé: c’est le cas des solanacées et des cucurbitacées. Tomates, poivrons, courges, concombres, courgettes, etc développeront de l’oïdium ( feuillage blanchi) ou du mildiou ( feuillage jauni) en cas d’arrosage des feuilles. Il faudra donc absolument privilégier un arrosage de la base de la plante et évitant que les feuilles ne soient exposées par exemple au paillage et à son humidité ( il faudra supprimer les tiges trop proches du sol).

Au contraire, la plupart des légumes feuilles ( hors méditerranéens) ou les fleurs apprécieront d’être hydratés par un arrosage des feuilles.

Attention donc à ne pas mettre les légumes dans le même panier 🙂

4/Un tableau des besoins en eau des principaux légumes

AD-EP
aubergine  ++échalote +panais +
aneth +endive +pastèque +++
artichaut +++épinard +++piment et le  poivron +
BFpoireau ++
basilic +++fenouil bulbeux +++ pois +++
betterave ++fève ++pomme de terre +
brocoli ++Hpotiron ++
Cle haricot ++Q – R
cardon ++Lradis ++
carotte +laitue +++rhubarbe +++
céleri branche ++lentille+romarin +
céleri-rave +++ Mroquette ++
cerfeuil +++mâche +++S
chicorée +++maïs++salsifis +++
chou d’hiver +++menthe+++sarriette +
chou Bruxelles +melon+++sauge officinale ++
chou-fleur +++soja+++
coriandre ++NT
cornichon et le concombre +++navet +thym +
courge et la courgette +++Otomate ++
cresson alénois +++oignon +
crosne +origan +
oseille +

D’autres questions sur les association de légumes au potager selon leurs besoins en eau? N’hésitez pas à les poser!

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager ou à le liker!

Vous pouvez également nous rejoindre pour poser vos questions sur notre groupe ” La main verte”!”