La plante du mois dé février: la fève.

Si les plants de patates douces germent tranquillement au chaud à l’intérieur, à l’extérieur, il est temps de commencer certains semis.  Dans cet article, les informations principales sur la plante du mois de février: la fève.

 

1- La fève, qu’est ce que c’est?

C’est une plante dite annuelle: il faudra donc la resemer chaque année. La variété la plus connue est la Aguadulce.

Cette fabacée fait parti de la même famille que les haricots ou pois.

Elle aura besoin d’être soutenue. Il faudra donc la semer par exemple idéalement contre un grillage.

 

2- Quand planter les fèves?

Les fèves peuvent se semer à 2 périodes distinctes: en automne et en fin d’hiver.

Le semis d’automne permet aux plants de démarrer dès que le redoux s’installe.

L’idéal est de semer une petite partie en automne et une autre lorsque visuellement on constate que les semis d’automne démarrent. Cela permet de garantir une récolte. En effet, il peut arriver que les semis d’automne pour pleins de raisons différentes ne germent pas ( pourrissement dû à un sol trop humide ou graines mangées par des rongeurs).

Le semis sont possible plus tard dans la saison mais la fève demandera alors un arrosage régulier et les plants ne devront pas être exposés au soleil aux heures les plus chaudes.

3- Comment semer les fèves?

Je sème les fèves sous environ 5cm de terre. Je recouvre ensuite le semis sous environ 5/10 cm de paillage. Pas de soucis, les plants traversent le paillage sans soucis.  Semer une graine tous les 15/20cm.

4- Faut-il arroser?

Vous pouvez arroser lors de la plantation surtout si votre région manque de pluie. Cependant la pluviométrie étant assez bonne en février/mars, cela n’est souvent pas nécessaire.

5- La pousse de la fève.

Le plant est très vigoureux. Une racine pivotante travaille et draine le sol en profondeur. La croissance est rapide.

Très vite les premières fleurs apparaissent. Une fois pollinisées, elles donneront les prochaines gousses.

6- La fève: la plante adorée du couple fourmi/puceron.

Les plants de fèves sont presque toujours attaqués par les pucerons. C’est pourquoi les semis sont privilégiés tôt dans la saison: on espère que les plants seront épargnés jusqu’au réveil des fourmis!

Si c’est le cas, pas de panique. Les fourmis s’installent en haut du plant. N’hésitez pas à « étêter », c’est à dire couper, le haut du plant. Cela repartira sans problèmes et cela aura l’avantage de favoriser la croissance des gousses.

7- La fève pour protéger les autres végétaux.

Partant du constat que les fourmis/pucerons adorent cette plante, n’hésitez pas à la planter près des plantes ou arbres attaqués habituellement par ce couple. Elles privilégieront ainsi les plants de fèves et épargneront les arbres ou légumes adjacents.

8- La récolte.

La récolte des gousses s’effectuent …. lorsque vous le sentez! Ouvrez une gousse, goûtez et faites vous votre avis!

9- Conserver les graines.

Pour récolter les graines, laissez les gousses sur place jusqu’à ce que le plant s’épuise. Ouvrez les gousses et laissez sécher les graines à l’air libre ou dans de l’essuie-tout ( où vous pourrez les laisser).

 

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager ou à le liker!

Vous pouvez également nous rejoindre pour poser vos questions sur notre groupe  » La main verte »! »

 

 

 

Où acheter des graines bio? Lesquelles choisir et quand se les procurer?

Nous sommes nombreux à attendre avec impatience le retour de la saison du potager! Mais patience car si l’hiver est particulièrement doux, il est encore bien trop tôt pour lancer les semis. Le temps est à la réflexion et à la préparation! Où acheter des graines bio? Lesquelles choisir et quand se les procurer? Tout sur les graines dans cet article!

1/ Quand se procurer les graines?

N’attendez pas le printemps pour vous procurer vos graines! La plupart des sites seront en rupture de stocks et le choix sera moins large. C’est dès maintenant qu’il faudra faire votre sélection.

2/ Quelles graines choisir?

Concentrez vous sur les légumes que vous aimez et que vous consommerez dans un premier temps. Il serait dommage de perdre de l’argent et de l’énergie pour cultiver des betteraves si personne à la maison n’est fan ( croyez moi c’est du vécu!)

3/ Choisir ses graines en fonction de son sol.

Par expérience, à moins que la qualité du sol soit très bonne, mieux vaut faire preuve de bon sens les premières années pour éviter les déceptions.

La principale précaution concerne les légumes dits racines ou autres bulbes ( oignons, ails) . Ils se plaisent bien mieux dans un sol dit léger ou meuble: les carottes par exemple s’y plairont nettement mieux.  A éviter donc dans des sols lourds et trop compacts ( sol trop argileux par exemple). A noter que certaines variétés existent pour ce type de sol. Malgré tout, le résultat n’est pas toujours satisfaisant.

4/ Comment se procurer les graines?

De nombreux groupes et forums permettent les échanges et trocs de graines. Cependant, pour certaines légumes, si vous souhaitez une variété particulière, il faudra acheter à nouveau les graines. C’est le cas de courges par exemple. En effet, ces plants s’hybrident très facilement et il est assez rare d’une année à une autre d’obtenir la même variété. Si vous souhaitez cultiver des Butternuts à coup sûr, mieux vaut vous procurer des graines certifiées!

5/ Où acheter des graines bio?

Dans les grandes enseignes de jardinerie, le choix est malheureusement rare et les prix généralement excessifs.

Les sites internet sont donc privilégiés par un grand nombre d’entre nous. J’en ai testé plusieurs. Le principal défaut réside dans le coût des frais de port. Assez élevés en général surtout si la commande est modeste.

Kokopelli: Graines Bio.

+ : un choix large et des variétés uniques.

– : le coût de chaque paquet qui avoisine les 4€ . Cela est dû au conditionnement et à la rareté des graines .

Mon avis: davantage conseillé aux très grands jardins pour amortir le coût de la commande.

 

La bonne graine:

+: Frais de port offerts en point relai à partir de 20€.

– : Graines non certifiées toutes Bio: à vérifier sur chaque variété achetée.

Mon avis: Très bien pour débuter au potager. Adaptés aux budgets modestes.

 

La ferme Saint-Marthe: Graines Bio.

+ : Vente également de plants.

– : le prix de qui peut dépasser les 5€/ paquet de graines.

Mon avis: Intéressant pour ceux qui voudraient passer une commande groupée de graines et plants au même endroit pour amortir les frais de port.

 

Biaugerme: Graines Bio.

+: Un choix large, le choix du conditionnement selon ses besoins et son budget.

-: ?

Mon avis: Pour moi le meilleur rapport qualité/prix pour un jardinier intermédiaire qui voudrait étoffer son catalogue de graines sans se ruiner ( frais de port à partir 3€70).

 

Je n’ai pas testé tous les magasins en ligne! J’étofferai au fur et à mesure de mes expériences!

 

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager ou à le liker!

Vous pouvez également nous rejoindre pour poser vos questions sur notre groupe  » La main verte »! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cultiver la patate douce : c’est parti !

En ce début d’hiver, si le potager est au repos, il est déjà temps de préparer la prochaine saison. Si vous souhaitez cultiver la patate douce, c’est dès maintenant qu’il faut commencer!

1- La patate douce, qu’est ce que c’est?

Ne pas fier à son nom, ce n’est pas une pomme de terre. Figurez vous qu’elle fait parti de la même famille qu’une plante souvent peu appréciée au jardin….Le liseron!

Pourtant, comme la pomme de terre, c’est bien la tubercule sous la terre qui nous intéresse.

Très intéressante sur le plan nutritionnel elle l’est aussi dans son utilisation en cuisine. Les frites de patate douce sont appréciées par tous!

2- Peut on la cultiver en France?

La réponse est oui! J’ai cultivé les 2 variétés que l’on retrouve dans le commerce ( les roses et les jaunes)qui viennent principalement d’Amérique du sud . Les deux variétés ont produit. D’ailleurs des producteurs la cultive en France.

3- Comment les faire pousser?

Vous aurez 2 possibilités. Soit l’achat au mois de mai en jardinerie d’un plant ( souvent onéreux) ou, ce que je vous propose ici, en créant vos propres plants.

4- Faire germer la patate douce.

Vous pourrez acheter n’importe quelle patate douce dans le commerce. Si elles ne sont pas bio, veillez à bien nettoyer la peau à l’eau claire puis à l’essuyer pour les débarrasser d’éventuels résidus de pesticides.

Ensuite, il existe 2 techniques. La germination par l’eau ou la germination par la terre. Pour avoir tester les 2 techniques, je recommande la germination par l’eau. En effet, il est plus simple de suivre l’évolution de la germination et en cas de pourriture par exemple, vous en vous rendrez plus vite compte visuellement.

5- Comment faire germer la patate douce grâce à l’eau.

Observer votre patate douce. Elle possède un côté plutôt arrondi et un côté plutôt pointu. Le côté pointu sera dirigé vers le bas. C’est lui qui sera légèrement au contact de l’eau. Planter 2 cure-dents et faire tremper sur 1 cm la patate douce. Elle devra ensuite être exposée à la lumière dans une pièce à au moins 20°. Pour ma part, j’avais essayé avec une patate douce qui n’était même pas entière, ça a fonctionné également!

6- La germination de la patate douce.

Au bout d’environ 5 jours à une semaine, de petites racines vont se développer. Elles vont peu à peu grossir. C’est le moment d’observer le sommet de votre patate douce. De petits bourgeons devraient commencer à apparaître: ce sont les futurs plants!  Il faudra au moins 3 bonnes semaines pour que les bourgeons démarrent bien.

7- Le développement et le bouturage.

Le réseau racinaire va s’étendre toujours dans l’eau. Les bourgeons auront laissé place à des tiges sur lesquelles des feuilles poussent. Lorsque les tiges atteignent une à une environ 8cm, vous pourrez les prélever délicatement. A ce stade, nous serons déjà à presque 5/6 semaines depuis le début du processus de germination.

Avec une pince coupante, sectionner la tige au niveau du contact avec la patate douce. Plantez là dans un pot ( éviter les godets trop petits) rempli de terreau et arroser abondamment.

Afin que le bouturage fonctionne il est important que le terreau reste humide et chaud. Sans noyer le godet, arroser le plant quotidiennement. La température devra se situer aux alentours des 20°. Il est important d’effectuer plusieurs bouturages. En effet, la nature est capricieuse, certaines boutures prendront et d’autres pas!

La bouture est réussie si de nouvelles feuilles apparaissent. Comptez environ 2 semaines. Une fois les racines développées, le plant continuera alors sa croissance.

8- Le repiquage en pleine terre.

Il ne sera possible qu’après les dernières gelées soit pas avant la mi-mai. Dépotez le plant est plantez le dans une terre assez meuble. En terre argileuse la culture de la patate douce est difficile.. Les terres légères facilitent le développement des tubercules.

La plante se développe à la manière de son cousin le liseron: elle court! Pour l’arrosage, se fier aux feuilles. Si elles se mettent à manquer de vigueur, arrosez.

9- La récolte.

A partir du mois d’octobre, vient le temps de la récolte! Et c’est la surprise! Les plants ont ils donné? Veillez à y aller doucement, la patate douce est fragile..

Si la culture a fonctionné, félicitations! Sinon pas de panique, on retente l’année prochaine ! Pour ma première expérience, j’ai récolté 600g!

10- La conservation.

La patate douce se conserve dans des conditions assez particulières. Elles peuvent se garder 6 mois par exemple à condition de les conserver strictement entre 13 et 16° !

Pour ma part je préfère les cuisiner et congeler ensuite les plats déjà cuits.

 

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager ou à le liker!

Vous pouvez également nous rejoindre pour poser vos questions sur notre groupe  » La main verte »! »